Table Ronde sur « La Promotion du Partenariat pour faire face aux impacts du changement climatique »

Le Conseil Régional Draa-Tafilalet a organisé une table ronde sous le thème « La Promotion du Partenariat pour faire face aux impacts du Changement climatique » le lundi 14 novembre 20016, à l’Agora des collectivités territoriales. La rencontre animée par Mr Mbarek Amraou, journaliste auprès de la Région Draa-Tafilalet, a connu la participation d’une soixantaine de personnes de différentes nationalités et représentant des ONGs, des Instituts de recherche, des départements ministériels, des collectivités territoriales, des entreprises, etc…

Le président du Conseil Régional Draa-Tafilalet, Mr Elhabib Choubani, a signalé dans son allocution que les grandes puissances économiques qui sont derrière les changements climatiques exercent du « terrorisme environnemental » en évoquant les grands défis menaçant l’humanité d’une manière générale et les écosystèmes oasiens fragiles en particulier. L’intervenant a précisé que si les oasis considérées comme une barrière contre l’avancée du désert, se dégradent et si les ressources en eau se raréfient, les populations locales vont finir par quitter leurs territoires.

Pour faire face aux impacts des changements climatiques et pour assurer un développement durable de son territoire, la région Draa-Tafilalet a ouvert un grand chantier de mobilisation des personnes ressources de la région en assurant la promotion de la communication des idées de projets à même de donner des éléments de réponse aux grands dangers qui menacent les Oasis. C’est dans ce contexte qu’a vu le jour la Fondation Draa-Tafilalet des Experts et chercheurs dont la création a été accompagnée et soutenue par le Conseil Régional.

L’intervenant a ajouté que le Conseil Régional continue de travailler en collaboration avec la FDTEC pour mettre en œuvre le Projet « Oasis des lumières » considéré comme un rêve que l’on souhaite concrétiser sur terrain. Pour une durée de dix ans et avec un montant global de 2Milliard d’Euros, ce projet vise la création d’une oasis moderne en reliant Sijilmassa au Projet Nour de Ouarzazate. Le projet prévoit la plantation des palmiers dattiers et autres arbres le long de la voie express (400km), sur une superficie de 150.000ha. Le projet vise également la mobilisation de l’eau et du foncier pour pouvoir assurer des extensions des terrains agricoles sans oublier la création de la richesse et l’emploi pour les jeunes.

Mr Choubani a précisé finalement que la mis en œuvre de ce projet ambitieux reste tributaire de la mobilisation de fonds dans le cadre d’un partenariat global impliquant différents acteurs nationaux et internationaux.
Mr Hrou Abouchrif, Secrétaire général Adjoint de la FDTEC, a par la suite présenté les différentes potentialités de la Région Draa-Tafilalet et les impacts des changements climatiques sur les ressources naturelles notamment la biodiversité. Il a évoqué l’importance de préservation du savoir faire traditionnel local qui joue un rôle primordial dans la gestion des biens communs notamment les terrains de pâturage et l’eau d’irrigation.

En évoquant brièvement les objectifs du Projet « Oasis des lumières » qui fixe parmi ses priorités la préservation et le développement des oasis traditionnelles, l’intervenant a signalé que la Fondation Draa-Tafilalet est une Association indépendante qui est prête à collaborer avec n’importe quel partenaire. Et d’ajouter que le projet « Oasis des lumières » s’inscrit dans toutes les stratégies nationales en particulier le programme Plan Maroc Vert et la stratégie nationale d’efficacité énergétique. Il a finalement invité les représentants des autres pays africains à se rendre à Ouarzazate pour voir le Projet solaire NOOR et s’enquérir de l’expérience marocaine initiée par Sa Majesté le Roi.

Mr Ahmed Boukil, membre fondateur de la FDTEC, a mis en relief dans son allocution l’importance qu’il faut accorder à l’aménagement des bassins versants et à la lutte contre les dégâts de crues qui occasionnent l’envasement des barrages et entrainent chaque année des pertes énormes en sol et en production agricole pour les populations pauvres des zones de montagne. Mr Boukil a évoqué également l’importance de préservation et de valorisation des plantes aromatiques et médicinales.

Et d’ajouter que la Région Draa-Tafilalet n’est pas une région pauvre mais au contraire dispose de plusieurs ressources, en autres, les mines, l’eau et le potentiel humain. En évoquant la grande étendue qu’occupent les hauts plateaux et les montagnes, l’intervenant a interpelé les responsables du Projet « Oasis des lumières » pour une répartition équitable des projets entre les oasis du sud et les territoires de montagne.

My Driss Elouadghiri, Vice président de la FDTEC, a rappelé le contexte de création de la Fondation au mois de Mars dernier. Il a remercié le président du Conseil Régional pour son soutien et son accompagnement ayant permis de faciliter la mobilisation des experts et chercheurs originaires et sympathisants de la Région Draa-Tafilalet. L’intervenant avait par la suite rappelé les différentes activités entreprises par la Fondation pendant la première semaine de la COP22 en remerciant les Experts ayant animé les différentes conférences organisées par la Fondation autour du Projet « Oasis des lumières » .

Les questions et remarques soulevées pendant le débat se référent à : l’exploitation des ressources minières, l’utilisation rationnelle des eaux souterraines, l’aménagement des bassins versants, le renforcement des capacités des ressources humaines, la promotion des expériences inhérentes à l’adaptation aux changements climatiques, la lutte contre la désertification et l’ensablement des oasis en l’occurrence les palmeraies limitrophes au désert du Sahara (Mhamid, Ktaoua,… etc). La promotion du partenariat, la réhabilitation des khettaras et la valorisation du savoir faire traditionnel ont été vivement recommandées.